[Interview] Marc “TriM” W. «L’étudiant smasheur»

 À la une
  • L'UFA est LE plus gros tournoi Smash en France avec 450+ participants
  • Tous les mercredis, retrouvez une nouvelle vidéo du Pugilat des Étoiles sur YouTube
  • La saison 3 du PdE est officiellement lancée !

Encore inconnu du grand public avant Ultimate, Marc “Trim” W. est aujourd’hui l’un des nouveaux talents révélés par le jeu. Âgé seulement de 16 ans, le jeune joueur mêle sa vie compétitive à sa vie lycéenne. Dans cet article, nous reviendrons avec lui sur son statut de compétiteur, tout en étant un élève de terminale.

À lire aussi : ZHT signe chez Helios Gaming !

Un jeune talent en plein essor

Il n’aura pas fallu longtemps à TriM pour se faire une place dans la communauté d’Ultimate. Et pour cause, le jeune joueur parisien réussit à faire de bonnes performances avec Méga-man, un personnage complexe et très peu joué en France. De ce fait, il est le meilleur Méga-man français et l’un des meilleurs d’Europe.

Même si TriM est classé 40ème au premier ranking français d’Ultimate, il risque de prendre plusieurs places lors du prochain grâce à des performances qui ne cessent de s’améliorer. Sur cette première saison, TriM a beaucoup participé aux WANTED dans lesquelles il n’a fait qu’améliorer son résultat à chaque fois. En passant de 25ème, à 17ème pour enfin faire top 3 lors du WANTED S2C7. Sa meilleure performance reste celle du Smash’n’Flams #18 dans lequel il a fini 2ème sur un total de 59 joueurs. Plus récemment, il a terminé 33ème au plus gros major français organisé jusqu’à maintenant, l’UFA.

Ainsi, TriM est un joueur avec beaucoup de potentiel qui est sans cesse en pleine amélioration. Il a en poche des victoires contre des joueurs tels que PEW, Homika, Cyve ou encore Tru4. Depuis quelques mois, TriM évolue avec son équipe BunKer Esports aux côtés de Snixx et WTFox.

TriM lors de l’UFA 2019 (crédit photo @PdE Whim)

TriM, le portrait de l’étudiant smasheur

Il n’est pas seulement un compétiteur, c’est aussi un lycéen qui va très bientôt passer son baccalauréat. Comment ses proches voient-ils la compétition et qu’en pensent-ils ? Comment TriM va-t-il préparer son année tout en étant un compétiteur… ? Toutes ces questions ont intéressé le Pugilat, et nous sommes allés interviewer TriM en personne pour en savoir un peu plus sur sa vie personnelle…

Volfe – Salut TriM, merci de répondre à nos questions. On a voulu te questionner sur ton statut de lycéen, tout en étant un compétiteur, et on aimerait savoir comment tu t’organise autour de ça. Comment gère-tu à la fois les compétitions, les entraînements, et les cours par exemple ?

J’ai assez de temps libre pendant la semaine. Puis je pense que ça ne sert à rien de jouer tous les jours sans réfléchir, tant qu’on est efficace. Par contre la fatigue peut m’empêcher d’être productif parfois. J’ai aussi cours le samedi matin, ce qui peut poser problème pour faire certains tournois qui commencent tôt ou en dehors de Paris.

Volfe – Comment tes proches, et même tes amis voient le fait que tu fais de la compétition sur un jeu vidéo ? Est-ce qu’ils t’aident et te soutiennent ?

Mes parents me soutiennent beaucoup, sans quoi je n’aurais pas pu autant voyager. Mon père vient aussi souvent me chercher après les tournois. Ils sont vraiment très ouverts d’esprit par rapport à ça. Sinon, je reste plutôt discret sur ça à part avec quelques amis proches, et même avec eux je n’en parle pas forcément beaucoup. Je pense qu’ils sont contents pour moi.

Volfe – Tu as déjà gagné un peu de cashprize grâce aux compétitions. Quelles sont les réactions de tes parents quand tu leur annonce tes gains ?

Je crois que mes parents étaient étonnés au début, maintenant ils ont l’habitude. Pour l’instant oui, je n’ai pas vraiment gagné de grosses sommes. Avec mes amis on en blague surtout !

Volfe – Cette année tu as le bac, est-ce que tu comptes prendre une pause dans la compétition pour te concentrer sur ton examen ou vas-tu au contraire continuer les tournois mais en diminuant le rythme ?

Honnêtement aucun des deux, Smash ne me prend pas du tout de temps sur mes révisons et mes devoirs, le seul souci étant les télescopages le samedi. Du coup, tant que je peux bien travailler au lycée je ne compte pas baisser le rythme. Puis avec le soutien de BunKer Esport, je peux plus me déplacer et donc faire plus de tournois en général.

À lire aussi : Nintendo révèle le circuit pro Européen !

Volfe – Au niveau compétitif, tu as eu la chance de participer cette année à l’EVO 2019 aux côtés de nombreux autres smasheurs français. Comment a tu vécu cette expérience au sein du plus grand évènement du VS fighting ?

On se faisait la blague d’aller à l’EVO, quand je faisais encore des tournois sur 3DS alors j’étais vraiment content d’y aller pour de vrai ! Même si je fais des tournois que depuis récemment, ça fait quand même depuis le début de smash 4 que je connais l’EVO donc ça fait bizarre de se dire que j’y étais. Le faire moi-même ça m’a permis de me rendre compte de ce que c’est vraiment et de m’enlever les fausses idées. C’était aussi drôle de voir en vrai plein de gens que je voyais dans des replays ou des streams depuis des années. Ce qui m’a le plus marqué c’était de voir le top 8 en live avec l’écran géant et les haut-parleurs à fond ! C’était vraiment fou de suivre ça avec les sets tendus et le scénario de la grande finale. Ça m’a vraiment encore plus motivé à progresser pour être du côté des joueurs !

Volfe – Tu as justement fini 129ème à l’EVO et 13ème à l’Albion 4, pensais-tu arriver à ces performances si tôt ?

Pas vraiment, surtout pour l’Albion. J’essaie de ne jamais me mettre la pression par rapport à mes placements en tournoi mais c’est vrai que je ne m’imaginais pas faire top 16. Pour l’EVO, 129ème correspondait à mon seed donc je trouve pas que ce soit une grosse performance. Je pense que j’aurais pu faire mieux si j’étais tombé sur des match-up que je connaissais mieux en losers.

Volfe – Nous te voyons peu voyager en France, en revanche tu es déjà allé à Londres et aux Etats-Unis. Tu préfères voyager pour faire des compétitions dans d’autres pays plutôt qu’en France ? Prévois-tu de plus voyager en France à l’avenir ?

Cet été je n’ai pas voyagé en France simplement parce que j’étais en vacances. Avant je n’envisageais pas encore de voyager pour smash. Maintenant en période scolaire c’est plus difficile à organiser. Je pense que je vais essayer de voyager un maximum, déjà pour les tournois du circuit européen et s’il y a des majors en France, comme le SEL fin novembre peut-être.

Volfe – Tu viens d’avoir 16 ans le 1er septembre, comment tu envisages ton avenir sur smash ? Tu comptes continuer la compétition une fois tes études terminées ou tu as déjà pensé à arrêter une fois que tu seras dans la vie active ?

La vie active pour moi c’est encore très lointain, je ne me pose même pas la question. J’imagine que je verrai là où j’en serai à ce moment-là. Pour l’instant je m’investis au maximum et je vois où ça me mène !

Volfe – À présent, quels sont tes objectifs à atteindre ?

À court terme, faire de mon mieux, toujours. Sinon en se projetant plus, être le meilleur joueur au monde ! Et gagner contre Glutonny ce serait sympathique aussi ! *rire*

Volfe – Dans quelles compétitions pourront nous te retrouver dans les temps à venir ?

Je vais faire le Syndicate le 27 octobre, sinon quand les Wanted reprendront je les ferai surement tous.

Un joueur et un étudiant modèle

TriM est aussi bien un compétiteur qu’un lycéen modèle. Le jeune parisien est l’exemple parfait qui nous illustre que nous pouvons réussir deux choses à la fois. Il est la figure à suivre pour tout étudiant voulant mêler la compétition avec les études. De plus, il est soutenu par ses proches et a de grandes ambitions pour son avenir. Pour TriM, sa vie de compétiteur ne fait que commencer, et nous lui souhaitons une grande réussite, aussi bien dans Smash que pour son baccalauréat !

 

crédit photo bannière : @SoMysti

Dernière video YouTube

COMMENT faire les bons CHOIX dans SMASH ? │ Ep02 : En fonction de l'adversaire

Fil Twitter

Prochains évènements

Aucun évènements prévu pour le moment.