Pound, comment un tournoi majeur illustre les problèmes du online

 À la une

Même si vous n’êtes pas sur les réseaux sociaux, il est possible que ce sujet vous soit parvenu aux oreilles tant il prend d’ampleur en ce temps de confinement. Nous revenons un peu sur ce sujet pour essayer de comprendre quels sont les problèmes du mode en ligne d’Ultimate et ses conséquences.

À lire aussi : Confinement : Comment la communauté Smash s’adapte t-elle ?

Dans notre précédent article, nous abordions les adaptations de la communauté compétitive d’Ultimate en cette période d’isolation. L’idée clé était la transition plus ou moins forcée des joueurs, et des organisateurs, au online. La semaine dernière avait lieu d’ailleurs pour la première fois une version en ligne d’un tournoi majeur, planifié avant le confinement, le Pound Online. Cependant, deux incidents ont entaché le déroulement du tournoi. Deux incidents qui, nous pouvons le dire, n’auraient pas eu lieu lors d’un tournoi offline. Comment les TOs et joueurs ont ils réagi face à cela ? Nous en discutons aujourd’hui.

Le Pound fait partie du circuit spécial quarantaine !

 

Retour sur le Pound Online

Si il y a bien un avantage incontestable aux tournois wifi par rapport aux offlines, c’est bien leur accessibilité. L’absence de frais de déplacement et d’inscriptions, ou de restrictions d’âge offre la possibilité à plus de joueurs de participer aux grosses compétitions. En effet, ces contraintes empêchent bon nombre de smasheurs à venir briller en tournoi offline !

Les chiffres illustrent bien cette réalité. Le Pound a réuni plus de 5000 joueurs soit simplement la plus grosse affluence jamais vue pour un tournoi Smash.
Ce point positif accuse cependant une face noire. Le lag, car plus la distance séparant deux adversaires est grande, plus leur match sera soumis à un délai important. On parle d’input lag voire de freeze dans le pire des cas (pertes de connexion). Le problème est là, les affrontements peuvent être ressentis instables, “glissants” car le lag n’est pas toujours constant. Et plus on grimpe dans le bracket, plus l’impact de ce lag est critiqué (à tort ou à raison, ceci est un autre débat). Si Dabuz rate une punition décisive à cause d’un freeze contre Maister qui atterrit pour la 17ème fois avec un down air en top 16, on en entendra plus parler que si requin33 a raté son airdodge directionnelle au ledge contre D4rKSamuXX en winner round 2.

Les incidents du tournoi

Comme abordé plus haut, le lag est réel lors des matchs en ligne. Et lors d’un tournoi d’une telle envergure, une attention toute particulière est portée à celui ci. Si une once de délai est détectée, les joueurs ont le droit de demander ce qu’on appelle un speedtest. Qu’est ce donc ? Tout simplement un test de fluidité de la connexion des deux partis. Et si l’un des participant montre un résultat mauvais (causant le lag), les TOs peuvent recourir à une disqualification. Cela s’est produit à l’issue du match entre Grayson et Cosmos (23ème mondial). Après avoir joué leur premier match, les deux joueurs ont rapporté la présence de lag. Un des TOs, Cagt applique la procédure, leur demandant de réaliser un test et de partager les résultats. Manifestement, la connexion de Grayson était bien moins fluide que celle de son adversaire. Cependant, afin de vérifier par lui même, Cagt décide de faire un test en lançant une partie avec Grayson. Résultat de l’opération, il ne ressent aucun lag. Le TO demande tout de même la fermeture du stream de Grayson. Le match peut reprendre. Mais au terme de la 3ème game, Cosmos se plaint encore du délai. Cagt décide alors de disqualifier Grayson. Il est vrai qu’on peut se demander si cette décision était juste. Pourquoi ne pas avoir imposé la cloture du stream de Cosmos également ? Sachant que Cagt n’avait pas ressenti de gêne lors de son test avec Grayson. Pourquoi avoir DQ Grayson du loser bracket également ? Mais sans ici juger les agissements du TO, nous voyons bien que les organisateurs ne sont pas habitués à ce genre de cas, propre au online. Cagt a essayé de trouver une solution, car il fallait agir.

Les détails de la situation pour les anglophones.

 

Une situation similaire a lieu plus tard dans le tournoi. En cause cette fois ci, Tarik, joueur de Greninja allemand qui a pour défaut…. d’habiter en Europe ! De nombreux joueurs l’ayant rencontré se sont plaint du délai accusé durant les affrontements. En particulier, Dabuz s’est plaint du fort lag après avoir essuyé une défaite 3-2 contre le Greninja. L’allemand termine finalement 5ème du tournoi, non sans avoir souffert une vague de haine conséquente.

Si on se penche cependant sur la réaction de Dabuz, ses arguments font poser de vraies questions. Il est vrai qu’il n’est pas juste de disqualifier un joueur car il a une mauvaise connexion, ou encore à cause de son lieu de résidence. Mais d’un autre côté, est-il juste d’imposer du lag et donc de mauvaises conditions de jeu à un compétiteur qui de son côté met tout en œuvre pour assurer une bonne connexion ? Ces événements poussent les TOs à trouver une position à adopter face à ces controverses. Certains évoquent une qualité de connexion minimale requise pour participer. Mais ne serait ce pas perdre l’avantage principal du online qui est l’accessibilité ? Sans parler de “dictature du speedtest”, doit on craindre un “chantage de connexion” ? Le meilleur joueur wifi deviendrait alors celui qui lag le moins ?

Certains organisateurs ont décidé ces derniers jours de limiter leurs prochains événement aux régions alentours, pour tenter de “contrer” le lag. Là encore cette décision, bien que louable puisqu’elle a pour première vocation d’améliorer la qualité générale du tournoi, sabote le seul avantage du mode en ligne comme nous l’avons évoqué précédemment.

Quoiqu’il en soit, il ne fait aucun doute que de tels compromis continuerons d’être fait tant que le service en ligne de Smash Ultimate sera aussi peu fiable.

Les TOs américains réfléchissent à imposer le “region lock” pour leurs prochains tournois

#FixUltimateOnline

Dernière video YouTube

SMASH SUMMIT 10 - TOUT ce qu'il faut SAVOIR

Fil Twitter

📝 Nouvel Article #SummitxPdE Vous avez raté le Smash Summit ? Aucun problème @Volfe68 vous propose un récap de l'événement US dans son dernier papier ✍ Les phases de poule, les arbres à élimination, le contexte, les enjeux... On revient sur tout 👇 pugilatdesetoiles.com/2020/11…

Prochains évènements

Aucun évènements prévu pour le moment.